EN UN
CLIC

En un clic


Découvrir Boissy-Saint-Léger

Publié le - Mis à jour le 13 septembre 2021

Boissy est une ville idéalement située aux portes de Paris et desservie par le RER A, véritable village dans la ville, son patrimoine verdoyant ainsi que son urbanisme modéré allie tous les atouts d’une ville située en région parisienne. Boissy est une ville historique riche de ses monuments classés dont le château de Grosbois.

UN PEU D’HISTOIRE

Boissy du latin ” buxus ” qui signifie « buis »

Plus de la moitié des 894 hectares de la commune est couverte par les parcs boisés des châteaux de Grosbois et du Piple et par la forêt Notre-Dame. Boissy, dont le nom viendrait du latin Buxus, buis, a été érigé en paroisse, sous le vocable de Saint-Léger. La seigneurie de Boissy-Saint-Léger, dont dépend le Piple, appartient à l’abbaye de Saint-Maur, et la terre de Grosbois à celle de Saint-Victor de Paris.

Le seigneur de Grosbois devient celui de Boissy-Saint-Léger

En 1563, l’abbaye de Saint-Victor cède la terre de Grosbois à Raoul Moreau, trésorier de l’Épargne. Son gendre, Nicolas de Harlay, baron de Sancy, qui fait édifier un château sur le domaine à partir de 1597, acquiert la seigneurie de Boissy en 1599. À partir de cette date, le seigneur de Grosbois est aussi seigneur de Boissy-Saint-Léger.

De Charles De Valois au futur Louis XVIII

Charles de Valois, duc d’Angoulême, fait agrandir le château entre 1616 et 1650. Durant la Fronde, le village est dévasté. Maurice de Saxe habite le Piple de 1745 à 1750, et Mahé de la Bourdonnais, de 1751 à 1753. Achille de Harlay, président du Parlement de Paris, possède Grosbois de 1701 à 1712, et Germain Louis de Chauvelein, secrétaire d’État aux Affaires étrangères, de 1731 à 1762. Le comte de Provence, frère de Louis XVI , est le dernier seigneur de Boissy-Saint-Léger.

La révolution française rebaptise boissy qui accueille… Le fameux schulmeister

Pendant la Révolution, le village est rebaptisé Boissy-la-Montagne, durant deux ans. Barras, chef du Directoire, réside à Grosbois entre 1797 et 1801. Sommé de quitter la France, il vend le domaine au général Moreau qui doit lui aussi s’exiler. Le maréchal Berthier rachète Grosbois en 1805. La famille de Wagram conservera le domaine jusqu’en 1962. Propriétaire du Piple de 1812 à 1819, Schulmeister, chef de police secrète de Napoléon, le cède au banquier Conrad Hottinguer en 1810. Ses descendants en sont toujours possesseurs.

Boissy-Saint-Léger victime de la guerre de 1870

Le village est érigé en chef-lieu de canton en 1801. Il compte 500 habitants. C’est un bourg agricole. On y produit surtout des grains, mais on y cultive aussi la vigne. La vigne, qui couvrait 22 hectares en 1789, occupe moins de 4 hectares sous le Second Empire. Elle aura disparu en 1900. Durant la guerre de 1870, le village est occupé par les Prussiens ; il est saccagé.

Le chemin de fer arrive à boissy-saint-léger

Boissy-Saint-Léger est desservi par le chemin de fer de Vincennes, depuis la gare de Bastille, à partir de 1874. Elle reste néanmoins une petite ville d’allure provinciale et tranquille. Entre les deux guerres, la population double à la suite de la construction, sur le plateau, des lotissements du Progrès et du Bois Clary. En 1936, elle atteint 2 600 habitants.

Un nouveau quartier la Haie Griselle

La réalisation, durant les années 1960, de plusieurs résidences représentant près de 800 logements, dans les quartiers du Centre et de Savereau, porte le nombre d’habitants à 5 200 en 1968. Après l’entrée en service, le 14 décembre 1969, du RER qui met Boissy-Saint-Léger à 30 minutes du Châtelet, un nouveau quartier – la Haie Griselle – comportant 2 480 logements, est construit dans la plaine, entre 1973 et 1984.

Boissy-Saint-Léger aujourd’hui

Quelques livres sur l’histoire de la ville

Les ouvrages qui suivent peuvent être consultés à la bibliothèque municipale

Aujourd’hui, la population dépasse les 16 000 habitants, douze fois plus qu’en 1920. Depuis 1966, Grosbois abrite un centre d’entraînement des trotteurs de réputation internationale.

  • Grosbois (2e édition) par R. Guillemard
    • 160 pages, format 23 x 29 cm, 150 photos d’art en couleur – 1993
  • Boissy-Saint-Léger, mon village par R. Guillemard
    • Premier tome de l’histoire du village et de ses habitants, des origines à 1871.
    • 320 pages, 20 x 27 cm, 150 illustrations – 1988
  • Boissy-Saint-Léger, ma ville par R. Guillemard
    • Second tome de l’histoire du village et de ses habitants, de 1871 à 1988.
    • 384 pages, 20 x 27 cm, 350 illustrations – 1992
  • Boissy-Saint-Léger, notices historiques, faits et chiffres par R. Guillemard
    • Recueil d’articles parus dans le bulletin municipal de 1967 à 1985 et de 1986 à 1992.
    • 75 pages illustrées, 21 x 29,7 cm – 1993
  • Boissy-Saint-Léger sous l’Ancien Régime par Agnès Gruson
    • 160 pages illustrées, 16×23 cm – Editions Nolin – 2001
  • Si le trot m’était conté par Martine Della Rocca
    • 108 pages illustrées, 19×31 cm – Editions 2Mes+ – 2011

LE LOGO

Créé en 1990, à la demande de la Municipalité, par Madame Desfray, le logo symbolise le village d’hier au coeur de la ville d’aujourd’hui.

LE BLASON

Boissy-Saint-Léger ne possède un blason que depuis 1944. Ce blason a été créé en accord avec la municipalité de l’époque à la suite des travaux de la commission héraldique départementale qui avait été chargée, le 3 avril 1943, d’étudier les projets d’armoiries des communes du département de Seine-et-Oise désireuses d’avoir un blason ayant un caractère officiel. Le blason de Boissy-Saint-Léger a été dessiné par Robert Louis, artiste héraldiste. En termes héraldiques, il est composé d’azur à la croix d’argent chargée d’une crosse de gueules, cantonnée au premier, d’un semé de fleurs de lys ; au deuxième de trois peupliers arrachés, rangés en fasce ; en troisième d’un arbre ; au quatrième d’un semé d’abeilles, le tout d’or.La croix et la crosse évoquent Saint-Léger. Les fleurs de lys rappellent que Boissy-Saint-Léger a fait partie du domaine royal.Les peupliers représentent le fief du Piple. L’arbre et les abeilles symbolisent le domaine de Grosbois, résidence du maréchal Berthier, Prince de Wagram.

LES CARACTÉRISTIQUES

  • Situation : 18 km au sud-est de Paris
  • Altitude : Variant de 101 mètres, point le plus haut, et 38 mètres, point le plus bas de la ville.
  • Superficie : 894 ha comprenant 648 ha d’espaces verts, dont 191 ha de bois ouverts au public.
  • Nombre d’habitants : 16 945 au 1er janvier 2013 (et correspondant à la situation de 2010)
  • Nom des habitants : Boisséens
  • Longueur des voies communales : 26 km

LES LABELS

Les labels sont décernés chaque année en France par des associations, des structures publiques ou encore des organisations internationales. Ils témoignent de la vitalité de la ville et de l’attention portée par l’équipe municipale à une qualité de vie meilleure. La commune de Boissy possède différents labels dont des distinctions valorisant les droits des Boisséenns, de l’environnement, de la culture etc.

AFCDRP 

L’AFCDRP-Maires pour la Paix France (Association Française des Communes, Départements et Régions pour la Paix) est la branche française du réseau international Mayors for Peace (Maires pour la Paix), fondé par les maires d’Hiroshima et de Nagasaki. Présent dans 162 pays, ce réseau regroupe plus de 7400 collectivités membres, dont 150 en France.

DRAPO ( anciennement AVEVY)

Association de défense des riverains de l’aéroport d’Orly

APICITE

Ce label, à but non lucratif, vise à mettre en avant l’implication des collectivités dans la préservation des abeilles et des pollinisateurs sauvages.

Association des Saint-Léger de France 

Le but de l’association est de promouvoir, hors de tout contexte politique ou religieux, les échanges et les rencontres entre les 73 communes ayant pour nom d’origine Saint-Léger.

Tourisme et loisirs en Val-de-Marne 

Le Val-de-Marne offre une multitude d’idées de sorties et de loisirs pour vous évader quelques heures, un week-end, une semaine ou plus, à quelques minutes seulement de Paris. L’association vous les fait découvrir.

Ville Imperiale

Boissy-Saint-Léger est dotée d’un magnifique château : le château de GrosBois. Ce domaine de Grosbois conjugue patrimoine historique et activité hippique dans un cadre naturel d’exception. Napoléon Ier et Napoléon III, sont venus à plusieurs reprises pour s’adonner au plaisir de la chasse et ce passé impérial est encore bien présent dans la ville.

AM94

Créée en décembre 2008, l’Association des Maires du Val-de-Marne (AM94) est l’organisme de concertation, d’échange de réflexions et d’expériences et de coopération des Maires du département.

AMF

Créée en 1907, reconnue d’utilité publique dès 1933, l’AMF est aux côtés des maires et des présidents d’intercommunalité, dans le respect des valeurs et des principes qui ont prévalu depuis sa création : défense des libertés locales, appui concret et permanent aux élus dans la gestion au quotidien, partenariat loyal mais exigeant avec l’Etat pour toujours mieux préserver les intérêts des collectivités et de leurs groupements.

Plus de 34 000 maires et présidents d’intercommunalité en sont aujourd’hui adhérents.